Robert fusillé ou déporté? – Acte 2

Je continue mes recherches sur Robert Marchal, mon arrière-grand-oncle dont je vous ai déjà parlé (Que t’est-il arrivé Robert?).J’ai récupéré ses deux  dossiers détenus par le SHD celui de Vincennes comme celui de Caen, et cela ne m’aide pas du tout. J’avais déjà celui de Vincennes et j’espérais bien que celui de Caen allait m’aider à répondre à mes questions.

J’ai inventorié chaque pièce pour essayer de comprendre à quel moment il est indiqué comme fusillé près de Reims deux jours après son arrestation et à quel autre il apparait comme déporté. Malheureusement il n’y a pas de coupure chronologique claire pouvant indiquer qu’à un moment précis une nouvelle information est apparue. Les documents de ses dossiers sont datés entre 1946 et 1951.

Dès le 25 mai 1946, dans son  Acte de disparition du ministère des anciens combattants et victimes de guerre (dossier de Caen), Robert est indiqué comme ayant été déporté en Allemagne.

Mais dans une lettre adressée par sa veuve Germaine au ministère des anciens combattants datée du 20 décembre 1946 (dossier de Caen), celle-ci indique : « tandis qu’il était trop tard pour sa déportation en Allemagne il a été assassiné par l’ennemi avec MM. Tourte et Vaida ainsi que d’autres résistants, à proximité de la Ferme de l’Espérance ». Selon ce que j’ai trouvé seuls trois résistants semblent avoir été assassinés par les allemands ce jour-là : Henri Tourte, Rufin Waïda et André Watier. Robert n’a semble-t-il donc pas fait partie de ces malheureux. J’ai contacté la mairie de Beaumont-sur-Vesle où se trouvait ce lieu pour voir s’il est possible d’obtenir plus d’informations.

Quelques mois plus tard, Germaine écrit cette fois au secrétaire général des anciens combattants (dossier de Caen), nous sommes en juillet 1947. Dans ce second courrier, elle indique que selon les témoignages qu’elle a obtenus, de qui je n’en ai aucune idée, Robert a finalement été déporté au camp de Neueungamme. Mais celui-ci n’apparait pas dans la liste des déportés que j’ai trouvé pour ce camp.

cartekommandos3
Carte de localisation de Neuengamme (source Amicale de Neuengamme)

C’est en 1947 que suite à ses démarches Germaine, obtient un certificat d’appartenance aux F.F.I en tant qu’adjudant pour Robert ainsi que la médaille de la résistance (dossier de Vincennes). Il a fait parti du mouvement Libération Nord, dans le groupe Brutus il était connu sous le nom de « André ».

logo_liberation_nord
Écusson du mouvement de résistance Libération-Nord

Dans le dossier de Demande de reconnaissance de Robert en tant que résistant (dossier de Vincennes) il est indiqué : « Membre du groupe franc de Schleiss. Prit part à plusieurs sabotages et parachutages d’armes au début aout 1944. A hébergé des déportés évadés d’un train le 19 août 1944. Arrêté le 25 aout pour faits de résistance par la gestapo. Fut abattu dans les environs de Reims le 27 aout. » Je me demande si l’hébergement des évadés peu avoir un rapport avec son arrestation quelques jours plus tard. Si j’arrive bien à lire le nom de ces évadés serait : Capitaine Jean Majeranowski et Gaston Troy. La seule trace que j’ai trouvé au sujet d’une évasion de train près de Reims sur le Maitron. Si c’est le bon train, ce dernier était en direction de Buchenwald.  Que sont devenus ces deux évadés après, je n’en ai aucune idée.

En 1950, Germaine commence les démarches pour faire reconnaitre Robert en tant que déporté cette fois en remplissant la Demande d’attribution du titre de déporté résistant (dossier de Caen). Ce dossier me permet d’avoir le nom d’un témoin de l’arrestation. Est-ce que cela va m’aider dans mes recherches je ne sais pas surtout qu’étrangement cette personne est de Witry-les-Reims. Que pouvait-elle bien faire là ?

En 1951, dans la  Décision portant attribution du titre de déporté résistant (dossier de Caen), une période de déportation est prise en compte : 27 août 1944 – 15 mai 1945. Pourquoi cette date en 1945, je n’en ai aucune idée. Je n’ai pas de document dans ces dossiers permettant de la justifier.

J’ai envoyé une demande à Arolsen (Centre international de documentation des persécutions nazies) pour savoir s’ils ont un dossier sur Robert, si c’est le cas c’est qu’il aura bien été déporté. Affaire à suivre donc.


Sources

  • Dossier de Robert Marchal au SHD de Vincennes – Cote 16 P 391 725
  • Dossier de Robert Marchal au SHD de Caen – Cote 21 P 512 372

 

6 commentaires sur “Robert fusillé ou déporté? – Acte 2

  1. Tres interessant.
    Si il était dans la résistance,il était peut-être connu,sous un pseudonyme?
    Il y a peut être une erreur sur le camp?,serait-il passé par Drancy?
    Bravô! Pour vos recherches.
    Je suis aussi Généalogiste amateur,je suis votre enquête passionnante.
    Bon Courage! Et, Bonne continuation.
    Evelyne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s