Jean-Baptiste Lurquin, mort à 21 ans à Ostende

Jean-Baptiste Lurquin est né le 10 mai 1783, il est le troisième fils de Pierre et Marguerite Cheutin (sosas 456 et 457). Pierre est vigneron, il décède lorsque Jean-Baptiste n’a que 15 ans, suivi l’année suivante par Marguerite.

Mineur émancipé

Jean-Baptiste se retrouve mineur émancipé en justice avec comme curateur son oncle Jean-Louis Cheutin. Il épouse en 1801 avec l’autorisation de son curateur, de ses frères ainés et de son parrain Marie Abraham de dix ans son ainée. Il est en effet toujours mineur à 18 ans. Je ne leur ai pas trouvé d’enfants.

La dernière trace que je trouve de Jean-Baptiste est son acte de décès dressé à Ostende (Belgique) le 26 mai 1804. Il est décédé à l’hôpital militaire de la ville, il était chasseur à cheval au premier régiment, troisième compagnie sans aucune autre précision.

Acte de décès de Jean-Baptiste Lurquin à Ostende en 1804

Ce sont toutes les informations dont je dispose sur ce malheureux décédé à seulement 21 ans.

Le camp de Bruges

Vu la localisation et l’absence de bataille napoléonienne à cette période dans cette commune, il est possible qu’il ait été affecté au Camp de Bruges, qui se situait en fait à Ostende. Ce camp de formation créé sous la férule de Davout (Général puis Maréchal de l’Empire en mai 1804 quelques jours avant le décès de Jean-Baptiste) avait pour but de « former des soldats disciplinés, instruits, rompus aux exercices physiques, connaissant leur chef et connus d’eux, capables donc de garder la tête froide dans les moments difficiles. » Mais d’après les informations que j’ai trouvées, les conditions de vie dans ce camp étaient déplorables. De nombreux soldats étaient touchés par les fièvres du fait du temps humide et des moyens inexistants pour se protéger. Il semble en effet que Davout ait dû payer de sa poche des sabots ou encore des chaussettes au unités qui n’en disposaient pas. Autre exemple, 8000 couvertures avaient été commandées et seuls 320 ont été livrées. Ce camp n’exista que deux ans. Mais il semble donc que Jean-Baptiste tout soldat Napoléonien qu’il fut ne mourut pas sur le champ de bataille mais de maladie contractée lors de sa formation militaire. A-t-il pu apercevoir Napoléon quand celui-ci vint effectuer des manœuvres en juillet 1803 ?

J’aimerais essayer de retrouver son régiment précis pour voir si cette piste sur le camp de Bruges est la bonne.

Sources

Un commentaire sur “Jean-Baptiste Lurquin, mort à 21 ans à Ostende

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s