Pourquoi du muguet le 1er mai ?

 

 

Avant d’être « la fête du travail » le 1er mai tire ses origines très anciennes dans l’Europe Préchrétienne. C’était un jour férié traditionnel pour célébrer l’été dans beaucoup de cultures païennes.

Comme dans la célébration celtique de Beltane par exemple. La plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps et les Celtes qui lui accordaient des vertus porte-bonheur. La tradition voulait que l’on accroche un bouquet de muguet à la porte de la bien-aimée, dont la blancheur des fleurs symbolisait la pureté.

Les Romains célébraient déjà, au début du mois de mai, les Floralia (Florales), en l’honneur de Flora, la déesse des fleurs.

En Grèce la tradition existe toujours : on suspend des couronnes de fleurs à l’entrée des maisons.

Le muguet est originaire du Japon et s’est acclimaté en France depuis le Moyen-Âge.

La légende chrétienne raconte l’histoire de Saint Léonard, ermite réfugié en forêt qui dût se battre contre un dragon. Il sorti vainqueur de la bataille, on dit que les gouttes de sang qu’il versa au cours de celle-ci donnèrent naissance à des pieds de muguet. Cette légende expliquerait en partie la croyance que le muguet porterait chance.

A la Renaissance, dans les campagnes françaises, il était de coutume de s’offrir du muguet pour chasser les difficultés de l’hiver.

Le 1er mai 1561, de passage dans la Drôme, le roi Charles IX se vit offrir un brin de muguet. Agréablement surpris, il décida de reprendre cette tradition à la cour l’année suivante en offrant aux dames un brin de muguet en guise de porte-bonheur : la coutume acquit ainsi rapidement ses lettres de noblesse.

Au XIXe siècle autour de Paris, les cueillettes de muguet donnaient lieu à des fêtes populaires.

Le 1er mai 1886 à Chicago, les syndicats américains mirent en marche un mouvement revendicatif dans le but de réclamer la journée de huit heures de travail. Malgré plusieurs actions et des dizaines de morts, leur requête ne fut pas entendue.

En 1889 à Paris, le Congrès de la IIe Internationale Socialiste entra à son tour dans la lutte pour la réduction du temps de travail. Le 1er mai fut alors désigné comme journée de revendication, en souvenir des événements de Chicago. Le combat ne fut pas vain : le traité de Versailles adopta la journée de huit heures de travail.

En 1941 sous l’Occupation, le maréchal Pétain déclara le 1er mai « Fête du Travail et de la concorde sociale » afin de rallier les ouvriers au gouvernement de Vichy. Le jour devint férié, chômé et payé. L’églantine rouge, jusque-là symbole des contestations du 1er mai et du socialisme, fut alors remplacé par le muguet, en fleur à cette période de l’année. Cette mesure du 1er mai comme jour férié fut reprise en 1947 après la guerre par le gouvernement issu de la Libération

Sources :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s