Paul Halary, Chevalier de la légion d’honneur

Paul Halary, Chevalier de la légion d'honneur

Paul Charles Halary est né le 13 décembre 1871 à Reims. Il est le fils de Vincent Halary (dont je vous ai parlé ici) et Alexis Soille (petit portrait ici), et le frère Marie-Anne mon arrière-arrière-grand-mère.

Paul Charles était le quatrième des neufs enfants qu’ont eu Vincent et sa femme Alexis. Il est né et a vécu son enfance dans le centre ville de Reims.

Paul Halary, Chevalier de la légion d'honneur

Je n’avais pas fait spécialement de recherches sur les collatéraux, mais quand j’ai découvert qu’il avait une allée à son nom à Reims, je me suis dit qu’il avait dû faire quelque chose de spécial pour obtenir cela.

Paul Halary, Chevalier de la légion d'honneur

En 1892 il entra comme imprimeur typographe à l’Eclaireur de l’Est (journal qui a existé de 1888 à 1944), après la guerre il devient l’administrateur de l’imprimerie de ce même journal.

Imprimeur Typographe
L’imprimeur en typographie compose un ensemble de caractères, la forme, en vue de son impression sur papier. Celle-ci est ensuite encrée puis placée sous presse

Il se marie le 6 avril 1896 avec Léontine Letellier, il a alors 24 ans. Ils auront deux enfants Augustine et Jean. Je me souviens de l’un de ses petit-fils lui aussi prénommé Paul qui venait voir mes grand-parents quand j’étais petit fille.

Lorsque la première guerre mondiale éclate, il a déjà 42 ans. Mais il répond à l’appel du Capitaine Geoffroy, et entre à la compagnie des sapeurs pompiers de Reims qu’il servira du 24 septembre 1914 jusqu’à sa mobilisation le 14 mars 1915. A ce titre il assura le sauvetage de plusieurs blessés lors des bombardements de la première guerre mondiale, notamment le jour où fut atteint l’hospice Noël-Cagné et où il fallut retirer des décombres d’un batiment effondré une quarantaine de victimes.

Suite à cela il obtient en 1915, la médaille de bronze des belles actions, mais également la médaille d’argent des sapeurs pompiers et la médaille d’or de l’Académie nationale du dévouement.

Je n'ai aucune photo de Paul. Peut être fait-il parti de ce groupe de sapeurs pompiers de Reims pendant la première guerre mondiale (Reims et la Marne : almanach de la guerre 1914-1915 : édition de 1916, publié par Jules Matot.)

Je n’ai aucune photo de Paul. Peut être fait-il parti de ce groupe de sapeurs pompiers de Reims pendant la première guerre mondiale (Reims et la Marne : almanach de la guerre 1914-1915 : édition de 1916, publié par Jules Matot.)

Paul Halary, Chevalier de la légion d'honneur

Il passa plus de 40 ans à l’Eclaireur de l’Est, il obtint en 1936 à la demande de Paul Marchandeau, ancien rédacteur en chef et directeur général du journal, alors maire de Reims, le titre de Chevalier de la légion d’honneur. Vous pouvez consulter son dossier sur la base Léonore

Il décèdera à Reims le 27 décembre 1948.

Création de la légion d’honneur

Entre 1791 et 1793, la Révolution supprima toutes les distinctions. Le Consulat, par arrêté du 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799) complété par l’arrêté du 21 thermidor an IX (9 août 1801) institua les armes d’honneur afin de distinguer les soldats ayant accompli une action d’éclat. Ces armes, garnies en argent, portaient une inscription nominative et leur attribution donnait droit à un supplément de paie.

Ce système de récompenses ne s’adressant qu’aux militaires, la France ne possédait plus de système de récompenses complet. Bonaparte, conscient de la nécessité de rétablir ce principe, envisagea début 1802 de créer une institution qui porterait le nom de Légion d’honneur.

Le 29 floréal an X (19 mai 1802), fut promulguée la loi portant création et organisation de la Légion d’honneur, après avoir été adoptée par le Corps législatif par 166 voix sur 276 votants.

La nouvelle Institution se voulait un corps d’élite destiné à réunir le courage des militaires aux talents des civils, formant ainsi la base d’une nouvelle société au service de la Nation. Le 14 floréal an X (4 mai 1802), Bonaparte déclarait en effet au Conseil d’Etat : « Si l’on distinguait les hommes en militaires ou en civils, on établirait deux Ordres tandis qu’il n’y a qu’une Nation. Si l’on ne décernait des honneurs qu’aux militaires, cette préférence serait encore pire car, alors, la Nation ne serait plus rien. »

A sa création, la Légion d’honneur était composée de quatre grades (légionnaire, officier, commandant, grand officier). La dignité de grand aigle ou grande décoration ne fut créée qu’en 1805 (30 janvier). Hors action d’éclat, une durée de services de vingt-cinq ans fut requise tant pour les services militaires en temps de paix, que pour les fonctions civiles. Les titulaires de la Légion d’honneur après réception d’une lettre d’avis, devaient prêter serment. Ils le firent à la République, puis à l’Empire après la proclamation du régime le 29 floréal an XII (19 mai 1804).

Selon le texte de création, l’Institution devait être administrée par un grand conseil, qui nommait le Grand Chancelier. Dans les faits, l’Empereur dirigea lui-même l’Institution qu’il avait imaginée, assisté jusqu’aux Cent-Jours compris, par le comte de Lacépède, naturaliste, nommé Grand Chancelier le 26 thermidor an XI (14 août 1803).

Legion d'honneur ; Croix de guerre ; Médaille des sapeurs pompiers ; Médaille des belles actionsLegion d'honneur ; Croix de guerre ; Médaille des sapeurs pompiers ; Médaille des belles actions
Legion d'honneur ; Croix de guerre ; Médaille des sapeurs pompiers ; Médaille des belles actionsLegion d'honneur ; Croix de guerre ; Médaille des sapeurs pompiers ; Médaille des belles actions

Legion d’honneur ; Croix de guerre ; Médaille des sapeurs pompiers ; Médaille des belles actions

Pour aller plus loin :
  • La vie rémoise de Jean-Yves Sureau
  • Site officiel de la légion d’honneur
  • Reims et la Marne : almanach de la guerre 1914-1915 ; édition de 1916, publié par Jules Matot.
  • Actes d’état-civil (naissance 2 E 534/278 vue 452/534 ; Mariage 2 E 534/450 vue 170/787) ;  et dossier militaire (1 R 1168 à Reims) aux Archives départementales de la Marne

7 réflexions sur “Paul Halary, Chevalier de la légion d’honneur

  1. halary nathalie dit :

    Bonjour Paul halary à une allée à son nom parce qu il avait sauve un enfant du moins c,est toujours ce que je ai entendu dire dans ma famille je M appelle nathalie halary et je suis de la descendance de Eugène halary autre frère de Paul halary et fils de Vincent je possède une photo de la enterrement de Paul halary mon adresse mail nathalie.bregeras@wanadoo.fr suis aussi sur Facebook au même nom

    • Descendance de Paul Halary dit :

      Bonjour, je pense également être de la descendance de Paul Halary, c’est en cherchent dans les photos et archive de la famille que j’ai découvert son portrait et des articles sur ses multiples médailles. Paul serrait le père Augustine Halary qui elle-même serait la mère de Paulette Mazelier qui est ma grand mère. Je vous ai ajouté sur facebook Nathalie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s