Lettre ouverte à mes ancêtres

Bonjour à tous,

Je me présente, je m’appelle Céline et je suis votre descendante. Je suis férue de généalogie, c’est une science qui a pour objet la recherche des ancêtres (donc vous en l’occurrence).

Je ne sais pas combien vous êtes si je ne compte que mes ascendants directs ou également les collatéraux (vos frères et sœurs pour être claire).

Si je vous écris aujourd’hui c’est pour vous houspiller un peu. Le premier qui me dit c’était mieux avant je le mets à l’amende.

Commençons par certaines dames qui ont eu des bébés hors mariage, je ne vous jette pas la pierre car j’ai fait pareil, mais avoir le nom du père m’aurais bien servit quand même. Je fais comment moi pour avancer après cela ? Bon que cela arrive une fois, cela passe. Mais trois ou quatre, vous ne me ferez pas croire que vous ne savez pas qui est le papa. Hein Constance, hein Maria ?

Et puis les enfants nés sous le nom de leur mère mais qui changent de nom par acte du tribunal ! Je sais que cela ne devait pas être facile tous les jours Eugène mais quand même reprendre le nom de ton assassin/bagnard de père c’était vraiment nécessaire ? A moins que ce ne soit pour te sentir proche de la famille car Jean-Baptiste t’avait recueilli avec tes frères et sœurs ?

Et c’est quoi cette façon de déménager sans prévenir ? Isidore ? David ? Jean ? Comment voulez-vous que je retrouve tous vos enfants moi ? Quand il y a les recensements cela aide un peu mais avant ? J’espère vraiment trouver vos successions sinon gare à vous.

En parlant des recensements d’ailleurs, sérieux vous avez un prénom de baptême les gars ce n’est pas juste pour décorer. Alors vos prénoms usuels ou surnoms, c’est sympa de les connaître, mais ça embrouille quand même les choses.

Et les parents qui refusent un mariage ! Si vous aviez expliquer cela m’aurais aider à comprendre et en plus j’adore les cancans! N’est-ce pas Antoinette.

Et la signature, vous savez ou vous ne savez pas signer, cela ne peut pas dépendre des jours ! N’est-ce pas Léonard ?

L’idée c’est que j’écrive votre histoire, alors mettez-y un peu du vôtre sinon comment voulez-vous que j’y arrive ? Alors on se met en ordre de marche et si vous voulez apparaître dans l’histoire, vous avez intérêts à avoir fait le nécessaire.

 

Céline, votre descendante qui vous adore.