Le musée du Canal du Berry

Lors de notre escapade en amoureux dans le Berry nous avons croisé la route du Musée du canal du Berry. Mon chéri ayant des ancêtres mariniers et surtout dans cette région nous nous sommes donc arrêtés.Musee_Berry

La scénographie est vraiment bien faite. N’hésitez pas à prendre l’audioguide pour seulement 1€ vous aurez des explications très détaillées. Moi qui n’y connaissait rien j’ai appris plein de choses sur les bateaux, la vie à bord et leur métier en général. J’ai même joué les éclusières, bon c’est vrai de manière interactive, mais c’était très instructif.
De plus vous aurez la possibilité de voir un bateau berrichon sauvé par l’association qui tient le musée ainsi qu’un logement ou « cul de bateau » comme ils disent là-bas. J’ai été vraiment émue en découvrant ces 5m2 où pouvaient vivre jusqu’à 3 générations, dire que les ancêtres de ma fille vivaient comme cela !
Un musée qui vaut vraiment le détour pour ceux qui ont des ancêtres mariniers et même pour les autres qui voudraient découvrir ce qu’était leur vie à cette époque.

Pour une visite virtuelle le site officiel : Le musée du canal du Berry

Nouvelle branche, nouvelles aventures généalogiques.

Je viens de commencer la généalogie de mon conjoint. Une branche est un petit peu particulière car il s'agit d'une famille de batelier. Je passe donc mon temps à "courir" après ses ancêtres. J'adore ça c'est encore plus excitant quand je fini par retrouver un acte.

Nouvelle branche, nouvelles aventures généalogiques.

Ne connaissant pas ce « milieu » j’ai commencé par chercher de nouvelles sources et j’ai trouvé un groupe sur la généalogie des bateliers qui semble très prometteur : Mariniers-Eclusiers : généalogie de nos ancêtres mariniers

Ainsi j’ai découvert qu’il existait des archives des capitaineries ce qui devrait m’être utile car sur certains actes j’ai le nom du bateau. J’en viens même à en vouloir au rédacteur de l’acte lorsqu’il indique une naissance sur un bateau mais sans me donner son nom !

  

Dans une autre branche j’en viens à découvrir des métiers qui m’étaient inconnus.

Treilleur : Dans une mine, ouvrier chargé d'actionner les treuils ou Personne fabricant et vendant des treillages. (source : http://www.vieuxmetiers.org/)

ou encore

Mulquinier : Ouvrier tisserand fabriquant des étoffes de batiste et linon ou Celui qui s'occupe des préparations et du commerce des plus beaux fils, particulièrement de ceux qui sont propres pour la fabrication des dentelles. (source : http://www.vieuxmetiers.org/)

cela me change des mes journaliers.

J’ai même encore des problèmes pour décrypter certains métiers.

J’ai même encore des problèmes pour décrypter certains métiers.

 

 En repartant ainsi j’ai comme l’impression d’un retour en arrière je suis excitée et impatiente comme lorsque j’ai commencé. Je sais d’avance que cela ne va pas être évident en ayant une branche avec des itinérants mais je trouve que cela rend la recherche encore plus intéressante surtout qu'il semble que plusieurs de ses ancêtres soient originaires de Belgique, archives que je ne connais absolument pas!

C'est donc parti pour une nouvelle aventure généalogique!!!

B comme Batelier

Le batelier est une profession dont le métier consiste à piloter un bateau fluvial, une péniche, pousseur ou convoi fluvial naviguant sur le réseau des voies navigables intérieures. Il ne faut pas le confondre avec le métier de marinier. Je commence à m’intéresser à ce métier car c’est le métier des ancêtres de mon ami et par conséquent de ceux de mon bébé.

Très ancienne profession apparue avec la navigation sur les rivières, elle a évolué notablement avec l’apparition des canaux qui a amené les familles entières à s’installer à bord du bateau. Très importante corporation pendant de nombreux siècles du fait de son rôle majeur dans l’approvisionnement des régions en marchandises de toutes sortes, et aussi dans le transport des voyageurs, elle est devenue, avec le développement du chemin de fer puis de la route, le fait d’un petit nombre de gens vivant d’une manière assez marginale, en étant sur terre et sur l’eau en même temps.

Au milieu du XIXe siècle la nécessité de transporter loin des marchandises pour les besoins notamment de l’industrie obligea le batelier à « faire de grands voyages » et il dut (entre autres pour réduire les coûts afin d’être concurrentiel avec le chemin de fer) embarquer sa famille qui constitua du même coup la main d’œuvre.

Les voyages lents, souvent longs, ont longtemps éloigné les enfants de l’éducation, la seule alternative possible étant de les placer dans des internats. C’est exactement ce qui est arrivé à mon ami qui a grandi sur le bateau jusqu’à ses six ans puis ensuite il a dû entrer à l’internat. Cette option restreignait la vie en famille. Les parents bateliers étaient généralement absents lors des fins de semaine du fait de leurs perpétuels déplacements et ne pouvaient donc pas aller chercher leurs enfants scolarisés.

L’équipage d’une péniche est généralement restreint: le batelier, son épouse (généralement batelière également), un enfant, et parfois, un matelot. N’ayant pas de mécanicien à bord, le batelier doit être capable d’assurer les petites réparations de base sur le moteur, l’installation électrique ou la robinetterie.

Les conditions de vie ont été difficiles jusqu’au milieu du XXe siècle. Jusqu’à cette époque (et même au-delà) l’électricité et l’eau courante ne sont pas présentes sur les péniches. L’électricité n’était présente que grâce à des batteries. De plus, les horaires de travail et l’entretien du bateau sont très contraignants.

Il existe un feuilleton télévisé L’Homme du Picardie (1968) qui montre de manière romancé la manière dont pouvaient vivre les bateliers dans les années 60.Il était très réaliste et a utilisé comme figurants des bateliers professionnels. Les grands-parents de mon ami sont apparus dans un épisode de cette série. Ils ont également étaient figurant dans le film Le baron de l’écluse avec Jean Gabin(1960), mais là malheureusement ils ont été coupés au montage.

Tableau représentant le bateau "Erié" ayant appartenu à la famille Dumont

Tableau représentant le bateau « Erié » ayant appartenu à la famille Dumont