Colloque Sérialité télévisuelle : première matinée

Voici un petit résumé des deux jours de colloque auquel j’ai assisté. Ce n’est que ce que j’en ai retenu, plus ou moins détaillé. Pour plus d’informations, il faudra attendre la parution des actes vers septembre 2014.

La mise en question du concept de mainstream dans la série True Blood

Cette série est une libre adaptation d’une série romanesque de Charlaine Harris.

Les personnages principaux de cette série sont divisés en deux groupes : les humains et les vampires. C’est une fiction allégorique, une réflexion sur la place des minorités dans la société. C’est un programme grand public qui ne donne aucun message univoque.

Les vampires représentent une minorité qui essaye d’obtenir les mêmes droits. Certains critiques dénoncent une représentation des minorités qui sucent le sang américain.

Le merchandising de la série joue sur l’ambiguïté. Le vampirisme est un thème idéal pour complaire xénophobes et racistes.

Un vampire commet un attentat terroriste en tuant un présentateur télé en direct. Cela peut être compris comme l’allégorie de la menace islamiste. La nature politiquement incorrecte de la série ne lui confère pas son mainstream.

Dans la saison 5, la série brocarde l’administration en place. Un groupe de haine va même jusqu’à porter un masque d’Obama.

Les vampires se divisent en deux groupes : les pro-intégrations et les sanguinistes pour qui les humains sont juste de la nourriture.

Cette saison invite à réfléchir sur ce que nous voyons.

Ce que the sopranos aura chamboulé

Cette série a été couverte d’éloges à sa sortie. Elle traite des relations d’un mafieux avec sa famille, dans son travail et avec sa psy.

Les épisodes duraient environ 60 minutes, mais ils pouvaient être allongés ou raccourcis en fonction des besoins pour maintenir le suspense.

Le générique montre le passage du personnage principal de New York au New Jersey.

Au fur et à mesure des épisodes, on voit le fonctionnement de la mafia. En 86 épisodes, il y aura 102 morts. Personne n’étant à l’abri. Les personnages passent beaucoup de temps aux enterrements. Et un décès n’entraîne pas la disparition complète du personnage, les conséquences sont traitées dans les épisodes suivants.

Cette série ne connaîtra pas de vraie fin car elle se termine par ATTENTION SPOILER un écran noir.

Le vrai principe de communauté dans les fictions sérielles (l’exemple de Grey’s anatomy)

Dans Grey’s anatomy, l’hôpital représente l’arène dans laquelle les internes doivent faire leurs preuves et passer à l’état d’adulte.

L’histoire personnelle des personnages est faite pour instaurer une proximité avec le téléspectateur.

C’est une communauté d’intérêt et pas géographique. Le rendez-vous hebdomadaire fait entrer la routine dans la fidélisation.

La série respecte les grandes lignes du drama médical avec le mentor, l’hôpital qui est un simple décor et le milieu médical pour son côté sexy.

La vie privée des personnages les rend humains, ce qui rend plus simple l’identification du  public.

L’intervention finale de Meredith à chaque épisode, est une invitation à prolonger la réflexion.

Les drama agissent dans un contexte individualiste en créant une communauté de sentiment d’appartenance.

 

Teen dramas

Série télé qui serait destinées aux adolescents.

Le début de l’âge d’or des Teen dramas est dans les années 80/90.

Dans Family guy par exemple, l’adolescent représente la sottise des parents.

Daria  met en scène les confusions de l’adolescence.

Angela 15 ans est une des plus aboutie. La voix off peut être comprise comme un journal intime.

Beverly Hills concentre tous les stéréotypes du genre. Elle passe de la série de famille au soap à la fin de la première saison. Elle revoit aux valeurs de la société : valeur de la réussite, malheur aux excès. Il n’y avait pas d’afro-américain, ni de gay dans cette série. C’est une mise en avant de la ménagère, une aliénation du féminisme.

Dawson c’est un hommage aux Teen dramas antérieurs. Elle reprend les clichés de Beverly Hills. Elle défend les valeurs conservatrices à la Norman Rockwell.

Les adolescents sont de plus en plus difficiles à cerner et deviennent les thèmes des séries.

 

Voilà fin de la première matinée, demain retour au Challenge AZ, pour la suite du colloque il faudra patienter un petit peu.

Colloque Sérialité télévisuelle : première matinée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s