57 couples passés à la question

Ces 57 couples sont mes ancêtres en ligne directe de la génération 4 ( mes AAGP) à la génération 7. Ils ne sont que 57 au lieu de 60 car j’ai un couple d’arrière-arrière-grand-parents qui était cousins germains. Ces couples sont ceux que j’ai décidé d’étudier pour écrire l’histoire de ma famille. C’est sans compter leurs frères et sœurs sur lesquels j’effectue également mes recherches. Lire la suite

Calendrier de l’avent 2014 – 22 : le Maçon

macon

Le Maçon – Source Gallica

Le maçon est un professionnel du bâtiment qui pratique la maçonnerie. Cette discipline consiste à créer, choisir et utiliser des éléments de construction composés de divers matériaux: pierre naturelle ou pierre artificielle (briques, blocs , etc.), mais aussi d’autres matériaux: paille, torchis, terre, bois, métaux, béton, etc.

Dans ma généalogie

J’ai beaucoup de maçons de la Creuse dans ma généalogie

  • Léonard ROCHETTE 1819- (sosa 42), fils de Jacques et Catherine DESMARTIN, marié avec Léonarde LAVERGNE
    • Né le 14 décembre 1819 à Reix (23)
  • Henri VOLONDAT 1896-1969 (sosa 10) , fils de Sylvain,Paul, Jean et Marie ROCHETTE, marié avec Léa, Yonne, Angèle JOUANETAUD
    • Né le 3 novembre 1896 – Reix  (23)
    • Décédé en novembre 1969 – Reims (51)
  • Sylvain,Paul, Jean VOLONDAT 1863-1909 (sosa 20), fils de Léonard et Catherine BUJAUD, marié avec Marie ROCHETTE
    • Né le 16 octobre 1863 – Chatain – Saint Goussaud(23)
    • Décédé le 21 février 1909 – Benevent L’Abbaye (23)
  • Paul Antoine JOUANETAUD 1865-1945 (sosa 22), fils de Léonard et Léonarde TIXIER, marié avec Marie-Angèle BOURRAT
    • Né le 2 novembre 1865 – Saint Goussaud (23)
    • Décédé le 10 juillet 1945 – Reims (51)
  • Vincent HALARY 1836-1908 (sosa 38), fils de Pierre et Anne METAYER, marié avec Alexis Nathalie SOILLE
    • Né le 20 septembre 1836 – Saint Goussaud (23)
    • Décédé le 29 octobre 1908 – Reims (51)
  • Pierre HALARY 1809- (sosa 76), fils de Léonard et Léonarde LEMERLE, marié avec Anne METAYER
    • Né le 30 juillet 1809 – Champegaud – Saint Goussaud (23)
  • Eugène Joseph HALARY 1866-1923, fils de Vincent et Alexis Nathalie SOILLE, marié avec Marie Suzanne TRIEB
    • Né le 6 août 1866 – Reims (51)
    • Décédé le 8 mai 1923 – Reims (51)
  • Edouard [René] VOLONDAT 1907, fils de Sylvain,Paul, Jean et Marie ROCHETTE, marié avec Berangère, Thérèse DROUIN
  • Léonard VOLONDAT 1822-1897 (sosa 40), fils de Jean et Jeanne CHEVAILLAUD, marié avec Léonarde JOUANETAUD
    • Né le 30 juillet 1822 – Chatain – Saint Goussaud (23)
    • Décédé le 15 juillet 1897 – Chatain – Saint Goussaud (23)
  • Claude, Pierre ELOPHE (sosa 102) 1776-1847, fils de Claude et Anne LAURENT, marié avec Catherine DETRONDE
    • Né en 1776
    • Décédé le 14 janvier 1847 – Vaucouleurs(55)
  • Christophe DEMANGE 1807-1849 (sosa 110), fils de François et Catherine, Théodore GODET, marié avec Thérèse GARNIER
    • Né le 23 novembre 1807 – Vaucouleurs (55)
    • Décédé le 22 avril 1849 – Vaucouleurs (55)
  • Paul DETRONDE (sosa 206), fils de Claude et Jeanne MOJOTEL, marié avec Anne VAUGIEN
  • Claude DETRONDE (sosa 412), fils de Claude et Anne VOISIN, marié avec Jeanne MOJOTEL
  • Léonard JOUANETAUD 1815-1905 (sosa 44), fils de Léonard et Léonarde DEVILLECHABROLLE, marié avec Léonarde TIXIER
    • Né le 23 août 1815 – Bourgt – Châtelus le Marcheix (23)
    • Décédé le 8 février 1905 – Fieux – Saint Goussaud (23)
  • Léonard JOUANETAUD ca 1767- (sosa 88), fils de François et Françoise DELISLE, marié avec Léonarde DEVILLECHABROLLE
  • Léon-Mathurin BOURRAT 1836- (sosa 46), fils d’André BOURAT et Marie GALBRUN, marié avec Marie MATIGOT
    • Né le 6 mai 1836 – Cerisier – Saint Maurice de la Souterraine (23)
  • Jean VOLONDAT 1799- (sosa 80), fils de Léonard et Léonarde PELUCHET, marié avec Jeanne CHEVAILLAUD
    • Né le 16 octobre 1799 – Le chatin – Saint Goussaud (23)
  • Pierre TIXIER (sosa 90), marié avec Jeanne REDON
  • Mathurin GALBRUN 1788- (sosa 186), fils de Pierre et Anne ANCHETRAINE, marié avec Anne LAVALETTE
    • Né le 5 octobre 1788 – Saint Maurice de la Souterraine (23)
  • Jacques ROCHETTE 1791- (sosa 84), fils de Pierre et Françoise LEGER, marié avec Catherine DESMARTIN
    • Né le 19 décembre 1791 – Reix (23)
  • Pierre ROCHETTE (sosa 168), marié avec Françoise LEGER
  • Antoine Dit la Caille CHAVAILLAUD 1706-1756 (sosa 614), fils de Jean et Fiacrée RIDON OU RIDOUX, marié avec Catherine PERIER
    • Né le 27 septembre 1706 – Le bourg – Saint Goussaud(23)
    • Décédé le 3 septembre 1756 – Le fieux – Saint Goussaud (23)
  • Jean Dit Marien PELUCHET (sosa 322), fils de Jean et Anne CHAVAILLAUD, marié avec Léonarde CHUROUX
  • Jean CHAVAILLAUD †1725 (sosa 1228), marié avec Fiacrée RIDON OU RIDOUX
    • Décédé le 8 septembre 1725 – Le bourg – Saint Goussaud (23)
  • Laurent, Toussaint DUMONT 1804-, fils de Joseph et Florentine PEZIER, marié avec Marie, Catherine, Virginie DELABARRE
    • Né le 2 brumaire an XIII (24 octobre 1804) – Lehaucourt(02)
  • Joseph DUMONT 1761-, fils de Jean-François et Marie-Marguerite COCUS, marié avec Florentine PEZIER
  • Pierre-François TROCME ca 1753-, fils de Pierre et Cécile DOLLE
  • Jean Léonard Dit le Jeune BUJAUD 1739-1798 (sosa 328), fils de Léonard Dit L’Aîné et Françoise PASQUET, marié avec Marie COUTURIER
    • Né le 5 août 1739 – Jabreilles les Bordes (87)
    • Décédé le 16 juin 1798 – Jabreilles les Bordes (87)
  • Léonard PASQUET (sosa 1314), marié avec Léonarde RICHARD
  • Léon, Arthur HALARY 1870-1921, fils de Vincent et Alexis Nathalie SOILLE, marié avec Berthe Hildegarde DIDELET
    • Né le 21 janvier 1870 – Reims (51)
    • Décédé le 8 juillet 1921 – Reims  (51)
st_goussaud

Saint-Goussaud – Source Cassini

 

Mes arrières-grands-pères poilus

affiche_mobilisation

Il y a 100 ans mes arrières-grand-pères étaient mobilisés.

PECHENET Ernest

PECHENET Ernest

 Ernest Péchenet

Il est né à Bétheniville en 1891. Il fût mobilisé à 23 ans. Pour le moment je n’ai pas d’informations sur son parcours militaire.

Dans le civil, il était coiffeur. Il épouse sa cousine Germaine Anchet en 1916 à Clermond-Ferrand.

ROYER Alfred

ROYER Alfred

Alfred Royer

Il est né à Vaucouleurs en 1876. Il épouse Pauline Garnier en 1903.

D’après la légende familiale, soldat pendant la première guerre mondiale, il s’est retrouvé dans les tranchées à Verdun. Pour être démobilisé, il fallait être père de six enfants vivants hors sur sept seul cinq avaient survécu. Sa femme le rejoignit dans les tranchées. Neuf mois plus tard Germaine naquit, Alfred rentra à la maison.

Dans la réalité il fût mobilisé, à déjà 38 ans, le 2 août 1914. Il intégra le 44e régiment territorial d’Infanterie, le même qu’André Maginot qui plus tard fera construire la ligne du même nom. Ce régiment qui avait pour devise « Toujours gaiement quoi qu’il arrive » (source mémoire des hommes – J.M.O 26 N 784/1 – vue 10/53) était cantonné dans le secteur de Verdun. Au début de la guerre, il était chargé de travaux de terrassements, de fortifications et de la garde des forts notamment celui de Douaumont. A partir de septembre 1914, ils ont été chargés de défendre les villages du secteur et de nombreux accrochages avec les troupes allemandes sont signalés. Au fur et à mesure ces accrochages se sont transformés en combats. Son régiment s’est retrouvé au beau milieu de la guerre de position de ce début de conflit.

Il fût, d’après sa fiche militaire, « libéré provisoirement comme père de six enfants » le 3 septembre 1915, sa fille Germaine étant née le 17 août. C’est donc ce jour là que la réalité rattrape la légende familiale. Il rentra donc chez lui à Vaucouleurs soit à quelques dizaines de kilomètres du front.

Dans le civil, il était sculpteur à son compte tout comme son père avant lui. Il décédera en 1933, dix ans après sa femme Pauline, laissant trois enfants mineurs élevés ensuite par la fille ainée.

SOUEF Ambroise

SOUEF Ambroise

Ambroise, François, Louis Souëf

Il est né à Chateaugiron en 1884 d’Ambroise Eugène, Emile Souëf et de Victoire, Louise Moraux, il décédera à Reims en 1969.

Il a été soldat lors de la première guerre mondiale et fût décoré de la croix de guerre. Durant celle-ci, il rencontre sa future femme, Blanche, Marguerite, Juliette Juste qui a été évacuée de Reims (Marne) alors détruite et occupée par les allemands. Ils se marient à Rennes sept jours après l’armistice de 1918, ils auront trois enfants. Après la guerre ils s’installèrent à Reims près de la famille de Blanche. Ambroise était tailleur d’habits.

VOLONDAT Henri

VOLONDAT Henri

Henri Volondat

Il est né en 1896 à Arrènes (Creuse), il avait tout juste 18 ans lors de la mobilisation.

Je sais qu’il était « dans les environs de Verdun » en 1917. Je n’ai pas d’autre information car je ne le trouve ni dans la Creuse, ni dans la Marne. Il semblerait qu’il ait été déjà sur Reims car il a envoyé une carte à mon arrière-grand-mère alors qu’ils n’étaient pas encore mariés.

Dans le civil il était maçon.

 Ils sont tous les quatre revenus vivants, fort heureusement pour moi car mes grands-parents n’étaient pas nés.

A ma Léa bien aimée

A ma Léa bien aimée

Avec un petit peut de retard voici ma contribution au geneatheme de février. Sophie nous avais proposé de présenter un document particulier. J’ai longtemps cherché car j’ai déjà parlé de plusieurs d’entre eux depuis la création de mon blog.

Puis depuis début février ma résolution était de trier un carton de photos que j’ai récupéré chez ma grand-mère. Dans ce carton j’ai trouvé deux photos de mon arrière-grand-père soldat pendant la première guerre mondiale.

Je n’ai pas beaucoup d’informations sur sa vie au cours de cette période, mais les deux cartes postales étaient destinées à mon arrière-grand-mère. Or ils n’étaient pas mariés à l’époque. Elles m’ont donc permis de découvrir qu’ils se fréquentaient déjà avant la guerre.

De plus grâce au message qu’il lui envoie je sais qu’il s’est trouvé aux « environs de Verdun ». Enfin celle oùil est seul est daté de 1917.

Pour moi ces cartes postales sont le début de nouvelles recherches. Il faut maintenant que je visite les archives pour en savoir plus sur son parcours militaire.

J’avais raison ce carton est une mine d’or !

Je n'ai aucune idée du régiment

Je n’ai aucune idée du régiment

Tatine

Tatine

Aujourd’hui tu aurais du avoir 91 ans. Tu étais ma troisième grand-mère.

Née Jacqueline Volondat le 27 janvier 1923, tout le monde t’appelait Tatine depuis que ton premier neveu n’arrivant pas à dire tata Jacqueline trouva ce surnom plus pratique.

De ton enfance passée dans le quartier Ste Anne à Reims avec ton frère, ta sœur et tes parents tu gardais plutôt de bons souvenirs. Combien de fois tu nous as raconté ton père t’emmenant à vélo au conservatoire avec ton violon sous le bras. L’hiver comme il faisait très froid, le canal gelait et tu traversais le canal en glissant sur la glace au lieu de prendre le pont de Vesle que ton papa avait reconstruit.

Tatine

La vie n’a pas toujours été tendre avec toi. Lors de l’évacuation de la seconde guerre mondiale durant laquelle vous êtes retournés dans le Limousin de tes ancêtres. Durant ces quelques années tu as gardé les moutons avec ta sœur, ma grand-mère. Puis de retour à Reims vous avez trouvé la maison en grande partie détruite par les bombardements.

S’en est suivi une période particulièrement difficile pour toi, tu as été touchée par la tuberculose.Toi qui disais toujours : « il aurait fallu le déluge pour que je ne sorte pas et que j’aille m’amuser ». Cette maladie qui t’a envoyée plusieurs fois en sanatorium, fait quitter un emploie à la mairie et surtout t’auras privée de tes années de jeunesse.

Quand le premier travail que tu as retrouvé après a été dans un restaurant ta mère était inquiète car ce n’était pas bien pour tes poumons! Fort heureusement tu es ensuite rentrée chez Renault que tu ne quitteras qu’au moment de la retraite.

Tatine

La retraite fut certainement l’un des moments les plus joyeux de ta vie. Tu achetas une maison à Bénévent-l’abbaye, où tu passas une bonne partie de celle-ci (environ 8 mois par an). Combien sommes-nous à avoir découvert la Creuse grâce à toi ? Tu m’as emmenée sur la terre de mes ancêtres, tu m’as montrée les maisons de Reix et du Fieux où ils ont vécu. On est allé à Fursac acheter des pâtés de pommes de terre pour toute la famille. Sans oublier la cueillette des champignons.

Tatine

Toi qui n’a jamais eu d’enfants tu les adorais pourtant! Dès que tu pouvais les câliner tu le faisais. La dernière à avoir été dans tes bras est ma petite Léonie.

En juin dernier nous avons fêté tes 90 ans. Quelle bonne idée ce fût car quelques semaines plus tard tu es partie rejoindre tes parents et ton frère.

Tu me manques ma tatine.