La faiseuse d’Anges de Camilla Läckberg

faiseuse_angesJe n’ai pas tenu un an cette fois avant de lire le dernier livre de Camilla Läckberg. Ce que j’aime bien chez cet auteur c’est l’impression de revenir à la maison. La familiarité que l’on a avec des personnages que l’on suit depuis un moment. Même si il est vrai qu’elle construit tous ses romans de la même manière je continue d’être fan. Maintenant il me faut attendre la publication du prochain pour pouvoir suivre les aventures d’Erica et Patrick.

 

 

 

Résumé éditeur

Pâques 1974. Sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de trace. La table est soigneusement dressée pour le repas de fête, mais tout le monde s’est volatilisé. Seule la petite Ebba, âgée d’un an, erre, en pleurs, dans la maison abandonnée. L’énigme de cette disparition ne sera jamais résolue.
Trente ans plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari. Accablés par le deuil et la culpabilité après le décès de leur fils, ils nourrissent l’espoir de pouvoir y reconstruire leur vie, loin du lieu du drame. Mais à peine se sont-ils installés qu’ils sont victimes d’une tentative d’incendie criminel. Et lorsqu’ils commencent à ôter le plan – cher de la salle à manger, ils découvrent du sang coagulé. C’est le début d’une série d’événements troublants qui semblent vouloir leur rappeler qu’on n’enterre pas le passé.
De son côté, Erica s’était depuis longtemps intéressée à l’affaire de la mystérieuse disparition sur l’île. Apprenant le retour de la seule survivante, elle se replonge aussitôt dans le dossier. Elle n’imaginait pas que l’affaire était si complexe. Elle n’imaginait pas que tout avait commencé il y a plus d’un siècle avec une faiseuse d’anges. Elle n’imaginait pas que les secrets familiaux allaient mettre en péril l’une des personnes les plus importantes de sa vie.

Le gardien de phare de Camilla Läckberg

Cgardien_phareela fait plus d’un an que j’avais acheté le livre,  mais l’an passé une petite puce m’a occupée autrement. J’étais véritablement impatiente de prendre enfin le temps de le lire, surtout qu’à la fin de La Sirène, quel suspens… J’ai donc replongée avec délectation dans l’univers de Camille Läckerg. Quel plaisir de retrouver pour la 7è fois Erica, Patrick, Martin et les autres à Fjällbacka. L’enquête policière est toujours aussi passionnante, peut-être même que cet opus est plus noir que les autres. La psychologie de ses personnages est toujours autant fouillée. L’auteur nous fait vivre leur ‘évolution suite aux graves traumatismes qu’ils ont vécu. Comme toujours on peut avoir l’impression qu’elle nous raconte plusieurs histoires en parallèle, mais on sait bien qu’à la fin elle nous dévoilera le lien qui lie tous les évènements entre eux.

Et puis maintenant j’ai aussi l’impression de me retrouver dans la vie d’Erica, surtout dans l’organisation post-maternité. Pour ceux qui connaissent la série, vous ne serez pas dépaysés dans cet univers familier. De mon côté je vais m’empresser d’aller acheter La faiseuse d’ange qui vient de sortir.

 Résumé éditeur

Par une nuit d’été, une femme se jette dans sa voiture. Les mains qu’elle pose sur le volant sont couvertes de sang. Avec son petit garçon sur le siège arrière, Annie s’enfuit vers le seul endroit où elle se sent en sécurité : la maison de vacances familiale, l’ancienne résidence du gardien de phare, sur l’île de Gråskär, dans l’archipel de Fjällbacka. Quelques jours plus tard, un homme est assassiné dans son appartement à Fjällbacka.
Mats Sverin venait de regagner sa ville natale, après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg dans une association d’aide aux femmes maltraitées. Il était apprécié de tous, et pourtant, quand la police de Tanumshede commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Bientôt, il s’avère qu’avant de mourir Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l’île de Gråskär – appelée par les gens du cru “l’île aux Esprits”, car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants…
Erica, quant à elle, est plus que jamais sur tous les fronts. Tout en s’occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu’elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s’efforce aussi de soutenir sa soeur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d’un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques… Avec Le Gardien de phare, Camilla Läckberg poursuit la série policière la plus attachante du moment.

La moisson des innocents

moisson_innocentJe viens de terminer le dernier Dan Waddell La moisson des innocents. C’est le troisième opus des aventures de l’inspecteur Foster et du généalogiste Nigel Barnes.

Je suis un peu déçue car Nigel n’apparait qu’a partir de la page 182 sur 311! Et cette troisième enquête manque un peu de généalogie à mon gout.

Mais comme toujours Waddell nous plonge dans une très belle enquête policière qui trouve son essence dans le passé. Il nous emmène dans le nord de l’Angleterre et son histoire minière. Il nous introduit dans le passé de nos deux héros, nous expliquant ainsi par la même occasion comment ils en sont arrivés où ils en sont.

Si vous avez déjà lu les deux premiers, ce troisième ouvrage vous plaira. Sinon commencez par le premier Code 1789 il me semble nécessaire de les lire dans l’ordre.

Résumé éditeur

Ils furent deux enfants assassins, condamnés pour avoir battu à mort un vieil homme sans défense. Deux garçons maudits qui ont purgé leur peine et se construisent une vie d’adulte sous une nouvelle identité. Dieu sait comment, un justicier a retrouvé leur trace et décidé de leur infliger les affres de l’enfer. L’inspecteur Forster revient sur la scène du passé, qui est non seulement celle du crime mais celle de ses propres souvenirs.
Avec une habileté machiavélique, Dan Waddell nous emporte dans l’Angleterre profonde où il faudra démasquer bien des mémoires pour faire surgir la vérité.

Reims 1914-1918 de Michel Lefèvre

Reims 1914-1918 de Michel Lefèvre

Un roman sur la vie à Reims pendant la première guerre mondiale, je trouvais que c’était une très bonne idée de prime abort. Cependant, j’ai assez vite déchanté. Moi qui pensait voyager dans les rues de Reims, j’ai commencé à m’ennuyer ferme.

L’auteur est certainement plein de bonne volonté, mais répeter à longueur de pages les liens familiaux entre les diffrérents personnages, cela n’a aucun intérêt. Un fois l’information donnée, pas besoin de la répeter.

Je ne pourrais vous dire la fin de l’histoire, j’ai rangé le livre dans ma bibliothèque après seulement 30 pages sur les 200 du roman.

J’espèrais vraiment pouvoir écrire une autre critique .

Le sang de la trahison

Cela faisait longtemps que je n’avais pas dévoré un livre aussi vite! Moins d’une semaine pour ce polar qui se passe principalement au Palais de justice de Paris.

Résumé de l’éditeur :

« Tueurs en série de génération en génération, ça reste une drôle de vocation ! Mais toujours au service de l’Etat. Fallait pas toucher à l’honneur de mes ancêtres…J’aime voir les flics s’agiter à cause de moi, voir leurs gyrophares bleuter les façades du Palais de Justice. Qui éliminera les traitres à sa mémoire ? »

Ces menaces hantent dramatiquement le « 36 », au moment où une jeune policière rejoint les « seigneurs » de la Crim’, au risque d’assumer une filiation singulière et de se trouver confrontée à une hécatombe dans les rangs du monde judiciaire.

On sent que l’auteur s’y connait, en même temps il travaille à la fameuse Brigade criminelle du 36.  Il utilise le vrai vocabulaire des policiers, par exemple « le baveu » ou « ça matche« , ce qui rend l’histoire encore plus réelle.

sang_trahisonOn plonge vraiment dans l’univers de Zoé, nouvelle arrivée à la crim qui vient des stups. On découvre les locaux du 36, l’intérieur du palais de justice, et d’autres quartiers de Paris. Il y a tellement de références historiques, architecturales que l’on a presque l’impression de voir un reportage tellement les desciptions sont réalistes. Moi qui connais un peu le palais je peux vous dire que je me retrouvais dans les couloirs à chaque page.

Quand on referme l’ouvrage, on attend la suite. J’espère vraiment que ce livre est le début d’une série qui verra la progression de Zoé dans cette brigade.

Ce livre a obtenu le prix que quai des orfèves 2014. On comprend pourquoi en le lisant. Le jury de professionnels s’est certainement retrouvé dans ce lieu qui lui est familier.

Je viens de découvrir un auteur qui de mon point de vue a tout pour devenir un as du polar. Je vais m’empresser d’acheter ses opus précedents.

Je n’ai donc qu’un seul conseil : courrez l’acheter ou demandez au Père Noël de vous l’apporter vous ne serez pas déçus.