Des racines pour créer l’avenir

affiche_jeunes_geneatique_72-d1b45J’ai participé à la journée d’étude organisée autour de la généa­lo­gie avec les jeunes ini­tiée par la Fédération Française de Généalogie et co-orga­ni­sée avec la Revue Française de Généalogie et l’Association des archi­vis­tes fran­çais à Pierrefitte-sur-Seine dans les locaux des Archives Nationales.

La journée a commencé par une matinée de témoignages de personnes qui ont déjà mis en place des ateliers de généalogie à destination des jeunes.

IMG_6020

Présentation de la journée par les organisateurs

Le premier témoignage vient des responsables de l’EPIDE. Ils s’occupent d’insérer des jeunes en rupture scolaire dans le milieu du travail. Dans certains centres ils ont commencé par les faire travailler sur les poilus du village en venant même à rédiger un livret regroupant les biographies déposé à la mairie. Certains de leurs élèves sont venus ensuite à leur généalogie familiale.

Le second témoignage est celui d’un professeur qui a créé un club de généalogie dans son collège. Certains des élèves sont la encore très enthousiastes. Cependant ce n’est pas évident de faire comprendre l’intérêt multiple de la généalogie (histoire, géographie, français, mathématiques,…) a d’autres professeurs.

La matinée s’est terminée par la présentation des ateliers « Archives de soi » proposés par le service éducatif des Archives Nationales. Le but de cette activité est d’aider les jeunes à se représenter dans le temps, d’inscrire l’histoire personnelle dans la grande Histoire, de comprendre le rapport entre mémoire et histoire, et enfin de comprendre le classement et la conservation des archives. Cette activité destinée à l’origine aux élèves de primaire s’est développée vers les collégiens et lycéens.

IMG_6023

Magasin des Archives Nationales

J’ai profité de la pause de midi pour suivre la visite proposée de leurs locaux par les Archives Nationales. Mais celle-ci était trop rapide, nous manquions de temps. C’est dommage, je suis persuadée qu’habituellement elle est passionnante.

 Pour l’après-midi nous avions le choix entre cinq ateliers :

  • initier un atelier de généalogie
  • animer un atelier de généalogie avec des enfants de moins de 11 ans
  • animer un atelier de généalogie avec des jeunes de plus de 11 ans
  • aborder la variété des familles d’aujourd’hui et les origines étrangères
  • faire de la généalogie autrement (histoire d’une rue, d’un personnage public, …)

J’ai choisi « la généalogie pour les enfants de moins de 11 ans ». En effet, si cela fonctionne je vais animer un tel atelier de mai à juin pour les CE2, CM1 et CM2 de mon village.

L’atelier était présente par Annick Mann, présidente du cercle généalogique de Briey (54) qui a mis en place cette activité dans le cadre du temps périscolaire. Le second intervenant était Fabien Larue qui quant a lui est intervenu en classe sur le temps scolaire. Les échanges ont dure plus d’une heure et demi et étaient fort intéressants. Les dix points qui sont ressortis de ces échanges :

  1. l’accord parental est obligatoire : que ce soit pour participer à l’atelier, pour afficher les travaux des enfants ou pour prendre ceux-ci en photo
  2.  le volontariat des enfants : c’est plus facile de travailler avec des enfants qui ont choisi d’être là
  3. le nombre d’enfants et cohérence du niveau : à chaque âge son atelier. On ne travaille pas pareil avec des CP ou des CM2
  4.  le nombre d’intervenants : idéalement il faut être plusieurs surtout si ils sont plus de 6 ou 7.
  5.  importante du partenariat, associatif si possible : cela aide d’avoir un support derrière soit, ainsi que des ressources
  6.  avoir des objets concrets a montrer. Créer des supports visuels. Cela suscite toujours un grand intérêt chez les enfants.
  7. échanges intergénérationnels. Livrets famille, photos, actes : l’atelier permet à l’enfant de se rapprocher de sa famille en posant des questions
  8. lire les actes : aider les enfants à lire un acte authentique et à le déchiffrer
  9. création d’un arbre généalogique personnaliser : cela permet à l’enfant de s’approprier le travail, de mieux le comprendre
  10. exposer le travail des enfants. Leur créer un diplôme : cela valorise l’enfant de montrer son travail et d’avoir une reconnaissance de celui-ci.

Ainsi je me suis rendue compte que les ateliers que j’avais commencé à préparer n’étaient pas adaptés au public que je vais avoir. Il va falloir que je réajuste. De même du fait de peu de temps, je ne pourrais pas emmener les enfants voir les actes en mairie. Mais comme on me l’a proposé je pourrais toujours aire venir les actes jusqu’à eux. Maintenant il faut que je me retrousse les manches et que je prépare mes sept séances. Bien sûr si j’ai assez d’inscrits je vous ferais un retour sur le blog.

Pour plus d’informations

9 réflexions sur “Des racines pour créer l’avenir

  1. Merci Céline ! Je ne sais pas si ça va se faire ici, car la personne en charge des tap a changé 3 fois et mon atelier s’est perdu dans les cartons …

  2. Pingback: Des racines pour créer l'avenir | G&eacu...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s