Publié dans #RDVAncestral, Généalogie

« Francoise, Adeline » enfant de sexe masculin

Voici ma participation au RDV Ancestral de ce mois de juillet.

Je me trouve à Sault-les-Rethel en 1861 pour le mariage de Françoise Adelina Coutier une petite cousine de mon arrière-arrière-arrière-grand-mère.


– MASCULIN? TU TE FOUS DE MOI?  MASCULIN? EST-CE QUE JE RESSEMBLE A UN HOMME?
J’ouvre discrètement la porte et je vois un homme essayer de se cacher derrière un bureau. Face à lui une femme qui semble être dans tous ses états.
L’homme prend la parole.
– Je sais bien Adeline mais c’est pourtant ce qui est écrit sur ton acte de naissance « enfant de sexe masculin » .
– NON MAIS N’IMPORTE QUOI. TU ME CHANGES CA TOUT DE SUITE. C’EST QUE JE DOIS ÉPOUSER PIERRE MOI !
– Mais Adelina je ne peux pas changer un document officiel comme ça. Je ne peux rien faire. A-t-on déjà un homme en épouser un autre? (rappel nous sommes en 1861)
– MAIS JE NE SUIS PAS UN HOMME
-Je sais mais c’est ce que dit ton acte de naissance je te rappelle.
– COMMENT CA? MAIS C’EST UNE ÂNERIE CE DOCUMENT! IL FAUT ME CHANGER CA TOUT DE SUITE !
– Comme je t’ai dis je ne peux rien faire tu dois obtenir de le faire rectifier par le tribunal.
– LE TRIBUNAL? C’EST LE TRIBUNAL QUI VA DÉCIDER  QUE JE SUIS UNE FEMME? BEN ON AURA TOUT VU !

Elle part en claquant la porte.

Quelle scène !

J’essaye de la suivre mais elle court presque. Quand j’arrive à la maison, Adelina est en train de pleurer dans les bras d’une femme, certainement sa sœur Eugénie.

– Mais comment vais-je faire pour épouser Pierre ? A la mairie il m’a dit que je dois demander au tribunal pour prouver que je suis une femme.
– Ne t’inquiète pas, papa va bientôt rentrer on va lui en parler.

Quelque temps plus tard, Pierre Joseph entre.
Dès qu’Adeline lui explique la situation, il sort direction la mairie.

Il entre sans frapper, l’homme de tout à l’heure sursaute à cause de l’intrusion.

– Jean qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Adeline m’a dit que sur son certificat de naissance elle est indiquée comme un homme ? Comment c’est possible nom d’un chien ?
– Je ne sais pas, l’officier d’état-civil de l’époque s’est trompé c’est tout.
– C’EST TOUT ?

Les hurlements de Pierre semblent effrayer le pauvre Jean

– Et comment elle se marie mon Adelina ?
– Il faut faire une demande au Tribunal. Je sais que tu as un conseil, demande-lui il va t’aider.

Pierre ne se le fait pas dire deux fois. Il sort aussi vite qu’il est entré. Direction une maison cossue pas très loin de la mairie.
Cette fois, il prend la précaution de frapper et attend que l’on vienne lui ouvrir.

– Bonjour Monsieur,
– Bonjour, je viens voir Maître Lambert pour une affaire urgente s’il vous plaît.

Après quelques minutes d’attente il est reçu dans le bureau de l’avoué.

– Bonjour M. Coutier, que vous arrive-t-il ? Vous semblez dans tous vos états ?
– Bonjour. Vous savez que je marie ma fille aînée Adeline au fils Namur. Adelina est allée demander son acte de naissance à la mairie et ils ne veulent lui donner car il est écrit dessus qu’elle est née de « sexe masculin ». C’est une catastrophe maître.
– Mais non ne vous inquiétez pas, nous allons envoyer une requête au tribunal et faire rectifier cela.

Aussitôt il prit le nécessaire et se mit à rédiger la requête suivante :

A messieurs les présidents et juges composant le Tribunal civil de Rethel,

Françoise Adelina Coutier, fille majeure, sans profession particulière, demeurant à Sault-les-Rethel, ayant pour avoué maître Lambert a l’honneur de vous exposer qu’elle est né le huit novembre mil huit cent trente trois à Sault-les-Rethel du mariage de Pierre Joseph Coutier, propriétaire demeurant audit lieu et de Marie-Antoinette Moutier son épouse, décédée. Que la déclaration de sa naissance a été faites par son père le neuf du même mois à la mairie de Sault-les-Rethel et qu’il lui a été donné les prénoms de Françoise, Adelina, qu’elle fût indiquée dans cet acte, à tort  comme étant du sexe masculin, tandis qu’elle est de sexe féminin. Qu’elle a toujours été considérée comme telle dans sa famille et par les personnes qui ont pu la connaitre ; qu’étant dans l’intention de contracter mariage , il y a nécessité pour l’exposante de faire rectifier son acte de naissance, monsieur le Maire ne pouvant à cause de cette irrégularité  passer outre à la célébration.

Dans ces circonstances, l’exposante demande qu’il vous plaise Messieurs, rectifier son acte de naissance dressé le neuf novembre mil huit cent trente trois , par le Maire officier d’état civil de Sault-les-Rethel. Dire que c’est à tord qu’elle a été qualifiée comme étant de sexe masculin tandis qu’elle est de sexe féminin. Ordonne que mention sera faite en marge de l’acte réformé de la rectification dont il s’agit subsidiairement donner acte à l’exposante de ce qu’elle articule et offre de prouver par témoins qu’elle est bien de sexe féminin et qu’elle a toujours été considérée comme telle par ses parents et amis, et vous ferez justice.

E Lambert

Le 30 octobre 1861, je retrouve tout ce petit monde au tribunal civil de Rethel, enfin retrouve façon de parler car je suis là mais ils ne le savent pas.

Les juges appellent tout d’abord Adelina.

– Bonjour Mademoiselle
– Bonjour
– Expliquez-nous votre situation
– Ben voilà je dois me marier dans quelques jours mais mon acte de naissance indique que je suis un homme. Pourtant c’est bien écrit que je m’appelle Françoise Adelina. Et puis à l’église j’ai bien été baptisée comme une fille Monsieur le juge. Promis jamais personne dans mon village n’a cru que j’étais un garçon. Sinon mon Pierre ne m’aurait jamais demandé ma main.
– Merci Mademoiselle Coutier. D’autres témoins Maître Lambert ?
– Oui Monsieur le juge, Mademoiselle Françoise Eugénie Coutier, la sœur de la requérante.
– Très bien j’appelle donc la deuxième Mademoiselle Coutier à témoigner.
– Bonjour Monsieur le juge. Je suis là pou vous dire que depuis que je suis petite je partage la couche de ma sœur aînée et jamais je n’ai eu de doute sur le fait que c’était une fille comme moi. Nos parents nous ont élevées et traitées toutes les deux exactement comme deux filles. Franchement je ne comprends pas toutes ces démarches pour cette évidence.
– Merci Mademoiselle.

Le soir même les juges ont rendu l’arrêt suivant.

Considérant que tous les témoins s’accordent pour recommander
1° que la demoiselle Françoise Adelina Coutier a toujours été élevée , considérée  et traitée comme étant de sexe féminin
2° qu’elle a été baptisée comme étant de ce sexe
3° que tous les témoins la connaissent et ne l’ont pas perdue de vue depuis son enfance
4° que sa soeur, l’un des témoins, a couché avec elle jusqu’à son mariage et n’a jamais eu le moindre doute sur son sexe féminin
5° c’est bien à l’impétrante que s’applique l’acte de naissance du neuf novembre mil huit cent trente trois.
Qu’il est évident dès lors que c’est par l’effet d’une erreur que la requérante a été désignée dans son acte de naissance  comme étant de sexe masculin et qu’il y a lieu d’ordonner la rectification  de cet acte.
Par ces motifs et statuant sommairement et en premier ressort, dit que c’est une erreur que l’officier d’etat-civil de Sault-les-Rethel  a désigné comme étant de sexe masculin Françoise Adelina Coutier  dans l’acte de naissance dressé le neuf novembre mil huit cent trente trois tandis qu’elle aurait dû être désignée comme étant de sexe féminin.
Rectifie en ce sens l’acte de naissance.
Les conséquences,
ordonne que le présent jugement sera transcrit sur les registres de l’état-civil de la commune de Sault-les-Rethel tenus pour l’année courante
que mention de cette rectification et dudit jugement sera faites tant en marge de l’acte réformé que de la table annuelle et décennale, et qu’à l’avenir aucune expédition de cet acte de naissance sera délivrée par l’officier d’état civil sans que fasse mention de la rectification précitée et condamne ladite Françoise Adelina Coutier en tous les dépens.

Et six jours plus tard le 5 novembre 1861, j’ai pu assister à son mariage avec son Pierre.

De ce mariage naitrons deux enfants un petite fille Marie Nicole naitra en aout 1862 mais décédera en juin 1863 et un petit garçon Henri né le 15 novembre 1863. Adelina décède le 5 décembre 1863.

Auteur :

Amoureuse des livres, passionnée d’histoire ET surtout généalogiste amateur voilà en quelques mots ce qui me définit.

5 commentaires sur « « Francoise, Adeline » enfant de sexe masculin »

  1. J’ai déjà vu des erreurs de ce type dans les actes de naissance ou de baptême, mais il est vrai que cela devait poser problème par la suite. Je comprends la colère d’Adelina et de son père !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s