Expo 100 ans de la PJ

Expo 100 ans de la PJ

Depuis très longtemps je m’intéresse au travail de la police que ce soit par la lecture de romans, d’ouvrages sur des faits réellement arrivés ou les documentaires et séries à la télé. Si il n’y avait pas une limite de taille j’aurais très certainement tenté le concours !

C’est pourquoi que dès que j’ai pu je me suis précipitée pour aller voir l’expo sur les 100 ans de la P.J. parisienne, le mythique 36.

Quand vous entrez, vous passer à travers les cartons d’archives puis avancez jusqu’en 2013 en passant par les grandes affaires criminelles qui ont marqué l’histoire de la P.J. Sont représentés les Landru, Petiot, Mesrine ou plus près de nous Guy Georges ou action directe. Chaque affaire est illustrée de reproductions de documents des dossiers et pour certains par des vidéos de l’INA. En ce qui concerne ces dernières c’est un peu dommage que certains moments les commentaires se télescopent, les écrans étant un peu près les uns des autres. Cette partie se termine même par le futur avec la maquette du nouveau palais de justice en projet!

Dans la seconde partie de l’expo vous vous trouver dans un couloir, chaque porte représentant une brigade. Vous y trouverez un petit historique de chacune d’elle ainsi que son logo au dessus de la porte. Un diaporama photo montre également les bureaux des brigades.

La troisième zone est la zone expertise, celle qui attirera certainement le plus les plus jeunes. Au milieu se trouve une scène de crime reconstituée, vous devenez l’enquêteur. Vous devez passez à chaque table, vous aurez ainsi la possibilité de pratiquer le relever d’empreintes digitales, les tests ADN, la présence de stupéfiants, les résidus de tir, ….

La dernière partie se trouve une exposition d’affiches de films et d’ouvrages qui ont pour toile de fond le 36.

A cet endroit, vous pouvez obtenir votre photo d’identité judiciaire (payant).

Expo 100 ans de la PJExpo 100 ans de la PJ
Expo 100 ans de la PJExpo 100 ans de la PJ
Expo 100 ans de la PJ

Une dernière zone, dans la partie centrale est la zone des conférences. Lorsque j’ai visité l’expo le 15 novembre cette zone était occupée par RTL pour l’émission « l’heure du crime ». Son invitée était Martine Monteil qui a était la première femme à diriger les brigades des stupéfiants et du proxénétisme, ainsi que la BRB, la brigade criminelle et la PJ. Elle a terminé sa carrière au poste de Secrétaire générale de la zone de défense de Paris. Elle a raconté sa carrière dans un livre il y a quelques années, livre que j’avais et que j’ai fait dédicacer !

Elle a évoqué les différentes affaires, tout du moins les plus médiatiques, comme l’arrestation de Fernande Grudé, plus connue sous le nom de Mme Claude. La traque de deux tueurs en séries Guy Georges et Mamadou Traoré, ou encore la mort de Lady Diana.

Mais elle a aussi évoqué un moment quand elle était directrice de la P.J. En rentrant chez elle, elle a repéré un toxicomane qui venait d’attaquer une pharmacie, elle s’et lancée à sa poursuite. Sur le chemin, elle a embarqué deux de ses collaborateurs attablés à une terrasse. Ils l’ont arrêté.

Martine Monteil était passionnée par son métier cela se sent, elle est vraiment passionnante à écouter. J’ai eu de la chance de pouvoir assister à cet échange en direct !

N’hésitez pas rendez-vous à l’expo, c’est vraiment intéressant. Par contre petit bémol, c’est le prix d’entrée !

Code 1879 de Dan Waddell

code1879J’ai découvert l’existence de ce livre et de son auteur dans une revue de généalogie et j’ai adoré.

Ce livre regroupe deux de mes passetemps les romans policier et la généalogie. Toute l’enquête policière tourne autour de l’enquête généalogique. J’ai beaucoup aimé la découverte les archives anglaises,  ainsi que la traversée de Londres. On ne sait pas trop si on veut que l’enquête policière aboutisse tant on est pris dans la recherche généalogique effectuée par le héros.

J’ai l’impression de me retrouver dans le personnage de Nigel et sa passion pour la généalogie, surtout quand il ne voit pas le temps passer trop plongé dans ses recherches, sauf que lui en a fait sa profession.

Ce roman est un pur bonheur pour quelqu’un comme moi! Je me suis déjà empressée de commander le second livre du même auteur que j’attends avec impatience ! En espérant que celui-ci va en publier de nombreux autres. Je conseil ce livre à tous ceux qui aiment la généalogie, l’histoire et les romans policiers.

Résumé éditeur

Le cadavre d’un homme poignardé et amputé des deux mains vient d’être découvert, abandonné dans un cimetière de l’ouest londonien. Lors de l’autopsie, l’inspecteur Grant Foster remarque, gravée au couteau dans la peau de la victime, une inscription énigmatique pour l’interprétation de laquelle il fait appel à Nigel Barnes, généalogiste professionnel. Alors qu’un deuxième corps est identifié comme étant l’œuvre du même assassin, leurs recherches vont les plonger dans les bas-fonds du Londres victorien et les conduire dans les méandres obscurs d’une affaire criminelle de la fin du XIXe siècle qui semble liée aux meurtres. Si leur intuition se confirme, d’autres victimes sont à redouter… Atmosphère brumeuse, suspense et humour assurent la réussite de ce premier volet d’une série originale qui interroge le passé pour mieux démasquer les monstres de notre temps.

Lecture : les affaires criminelles

Les affaires criminelles occupent une place privilégiée et singulière sur la scène médiatique. Le succès, rarement démenti, qu’emporte la variété des reportages sur les faits divers tend à souligner l’attrait, voire la fascination, qu’exercent le crime et les criminels sur l’opinion publique. J'avoue être du nombre.

Je ne sais pas pourquoi mais ce thème me fascine. Je pense que c'est mon impossibilité à comprendre comment l'humain peut être aussi noir. Comment une envie de meurtre se traduit-elle en actes, au lieu d'être réfrénée? Comment travaillent les spécialistes des sciences du comportement? Comment travaillent les juges et les enquêteurs?

C’est pourquoi je lis énormément sur les différents sujets qui dépendent de ce thème. Je lis aussi bien le dernier ouvrage de Stéphane Bourgoin Serial killers – Enquête mondiale sur les tueurs en série, que la prose d'un avocat racontant ses expériences d'assises (Bête noire d’Eric Dupont-Moretti) ou encore les souvenirs d'un juge (Terroristes de Marc Trevidic) ou d'un ancien flic (Mémoires du commissaire Broussard de Robert Broussard) sur leurs expériences.

Mes lectures préférées : le roman policier

Je pense que mon gout pour les romans policiers remonte à très loin ! J’ai encore les «Club des cinq » en bibliothèque verte chez mes parents c’est pour dire ! Mais je suis rapidement passée à d’autres romans qui n’étaient pas destinés aux jeunes lecteurs.

Les premiers vrais romans policiers que j’ai lus étaient des Agatha Christie. J’ai tellement aimé que j’ai quasiment l’intégralité de ce qu’elle a écrit. Sur la cinquantaine de romans policiers, il doit m’en manquer 4 ou 5. Ont suivi Arthur Conan Doyle avec Sherlock Holmes et Maurice Leblanc avec Arsène Lupin.

En vieillissant, je suis passée à d’autres auteurs. Maintenant je navigue entre Ken Follett, Harlan Coben, John Grisham, Camilla Läckberg, Kathy Reichs, Patricia Cornwell, James Patterson en majorité.

Je sais que pour beaucoup ce sont des auteurs anglo-saxons.J’ai toujours du mal avec les auteurs français, je ne sais pas pourquoi, je n’arrive généralement pas à entrer dans l’histoire et dans les personnages des romans français.

Le rare auteur français que j’arrive à lire est Jean-François Parot et son personnage de Nicolas Le Floch. J’apprécie beaucoup le style roman policier historique. En plus de l’enquête cela permet de voyager à travers les siècles.

J’aime également beaucoup le roman policier humoristique comme avec le personnage Stéphanie Plum de Janet Evanovitch ou la famille Spellman chez Lisa Lutz. L’association des situations loufoques avec les enquêtes, je trouve cela très divertissant. Cela permet de s’évader.

Un style de roman policier que je n’arrive pas à lire car je le trouve trop sombre est le roman noir. Entrer dans la tête de personnages torturés est plutôt difficile pour moi.

Je cherche toujours de nouveaux auteurs et de nouveaux personnages auxquels m’attacher et que je voudrais continuer à suivre.

Mes lectures préférées : le roman policier

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑