Le destin tragique de Léonarde Jouanetaud

En faisant des recherches sur mon sosa 40 Léonard Volondat pour mon projet 57 couples, je découvre qu’avant d’épouser mon sosa 41 Catherine Bujaud, celui-ci a déjà été marié. Lorsqu’il épouse Catherine le février 1848, il est veuf depuis un peu plus d’un an. Sa première femme, Léonarde Jouanetaud est décédée le 27 janvier 1847. Au vu de son âge, 18 ans, je soupçonne un décès en couche. Je suis bien loin du compte.

Nous sommes à Saint-Goussaud, petit village creusois d’un peu plus de 1000 habitants. En majorité les hommes sont soit maçon, soit cultivateur. Pour beaucoup les deux à la fois en fonction de la période de l’année, c’est le cas de Léonard.

Il a 22 ans lorsque le 2 février 1845 il épouse Léonarde Jouanetaud qui a à peine 16 ans, elle est la fille unique de Valery et Jeanne Peluchet. La mère de Léonarde est décédée l’année précédant le mariage. Léonard est lui le fils de Jean et de Jeanne Chevaillaud. Le couple s’installe à Saint-Goussaud dans une maison mitoyenne à celle de Valéry.

Le jour du drame

Le 27 janvier 1847, Léonard et son beau-père Valéry partent au moulin de la Vagne pour aller faire faire de l’huile. Ils ne se quittent pas de la journée et au retour ils s’arrêtent au Cabaret de Chevaillaud (je n’ai pas réussi à déterminer si c’était de la famille à Léonard, mais c’est fort probable). Installés au cabaret ils sont rejoints par un troisième larron ils commencent à boire. Cinq à six litres de vin d’après les témoins. Le ton monta entre Léonard et son beau-père mais le troisième réussit à les calmer.

Valéry Jouanetaud quitta alors le cabaret, il était 21 heures. Tout le monde pensait qu’il sortait juste prendre l’air. Sauf que celui-ci se dirigea chez lui où il récupéra un pistolet chargé. Par une porte de communication, il entra chez sa fille qui dormait. Après une dispute, il lui tira une balle dans la tête.

Suite à cet acte, il quitta la maison et se rendit à 10 km de là dans le village de Chatelus-le-Marcheix. Il passa d’abord chez son frère pour lui déposer sa bourse pour son filleul, puis il se rendit chez son père, c’est là que devant le maire et des témoins, il indiqua ce qui venait de se passer. Le maire demanda qu’on le surveille pour aller voir de lui-même. Mais Jouanetaud voulut partir. Quand on l’en empêcha, il s’empara d’une hache mais fut raisonné. Après quoi les témoins décidèrent de l’attacher en attendant les forces de l’ordre. D’après lui il ne voulait pas s’enfuir mais aller se jeter dans la rivière voisine. Un peu plus tard mis en présence du corps de sa fille, il n’exprima aucun regret.

StGoussaud_Chatelus

10 km séparent St Goussaud de Chatelus-le-Marcheix – (Extrait carte Cassini sur Gallica )

 

Les raisons du drame

Il indiqua que la dispute avec son gendre était à l’origine du drame. D’après lui, il voulait dissoudre le mariage de sa fille et ainsi empêcher son gendre de mettre la main sur l’héritage.

Lors du procès, l’accusation pencha plutôt pour la thèse d’un amour incestueux du père envers sa fille, il n’aurait pas supporté de la voir mariée. Divers témoignages tendent à montrer que Léonarde essayait d’éviter au maximum de se trouver seule avec son père.

Lorsque le tour de Léonard Volondat vient de témoigner, celui-ci indique qu’il a proposé à son beau-père de rester dans sa maison et de lui payer une pension de 50 fr. par mois mais qu’il refusait de payer ses dettes. Lorsque la discussion s’envenima Léonard aurait indiqué à Valéry que désormais sa femme étant sous sa protection et qu’il ne pourrait plus lui faire de mal.

La condamnation

Valéry Jouanetaud fut condamné à mort le 6 mai 1847 par la cour d’assises de la Creuse, le lendemain il s’est pourvu en cassation. Je ne connais pas le résultat de son pourvoi. Cependant Valéry Jouanetaud est mort au bagne de Toulon le 10 août 1854. Mais aucune indication si il est mort exécuté ou d’une autre cause.

Arbre Généalogique

Valéry Jouanetaud s’avère être le frère ainé de mon sosa 44 Léonard Jouanetaud. Et l’un des petit fils que Léonard Volondat aura de son second mariage épousera la petite nièce de Valéry.

liens_jouanetaud_volondat



Sources

8 réflexions sur “Le destin tragique de Léonarde Jouanetaud

  1. Bonjour Céline,
    un récit terrible… Je ne suis pas un spécialiste du bagne de Toulon (bien qu’habitant à 15 km), mais il me semble probable que son pourvoi en cassation ait débouché sur une condamnation aux travaux forcés à perpétuité. Si la peine de mort avait été confirmée, il aurait été « simplement » emprisonné dans l’attente de son exécution. Ce qui expliquerait son décès à Toulon. Une piste à confirmer 😉

  2. martine dit :

    et bien cousine!!!!!!!! drame concernant la violence faite à une jeune femme, tombé dans les oubliettes et ressorti plus d’un siècle plus tard. j’espère que de là ou elle est cette jeune femme elle est aussi émue que tu as du l’être et que je le suis après cette lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s