Les Pailliettes de Soissons – 5ème partie – Un descendant pas très brillant

Frederic Kreyer le fils de Sophie, Adélaïde Paillette et Jean-Charles Kreyer a eu quatre enfants. L’un d’entre eux a eu un parcours particulier.

Frédéric, Victor Kreyer est né le 13 octobre 1872 à Paris. Il est légitimé par le mariage de ses parents le 15 juillet 1876 tout comme sa sœur Marie-Adélaïde née le 22 mai 1874 et son frère Emile né le 3 mai 1876. Une dernière sœur, Amélie, viendra compléter la fratrie le 15 janvier 1878.

Arbre résumant le lien de Frédéric, Victor Kreyer avec la famille Pailliette

Frederic, le père est peintre en bâtiment installé à son compte. Cependant en 1887 il est déclaré en faillitte.

JO du 5 mars 1887

C’est cette même année que les problèmes ont commencé avec leur fils ainé. Il a enchainé les condamnations dès ses 15 ans.

En 1889 il se retrouve même mêlé à une affaire de meurtre à seulement 17 ans mais ne semble y apparaitre que comme témoin.

Article du Figaro du 31 janvier 1889

Il va toujours essayer de vivre de ses larcins. A tel point que son service militaire est repoussé car il est en prison au moment où il devait rejoindre son corps. Il intégrera la classe 1895 en lieu et place de celle de 1893 et ce dès le jour de sa sortie de prison.

Du fait de ses condamnations il est intégré au 3è bataillon d’infanterie légère d’Afrique le 13 avril 1895. Son bataillon est envoyé directement en Tunisie où il passera 3 ans jusqu’au 12 octobre 1898. Certainement du fait de son comportement son certificat de bonne conduite (CBC dans la frise) de l’armée lui sera refusé.

Extrait de la fiche matricule de Frederic, Victor Kreyer – Source Archives de Paris [en ligne]

En quittant l’armée il a officiellement un métier, celui de peintre en bâtiment comme son père. Cependant il retombe dans ses travers. Et il est arrêté avec des complices le 20 avril 1905 suite à de nombreux vols.

Article du Petit journal du 20 avril 1905

Suite à cette affaire il sera condamné par la Cour d’appel de Paris le 2 janvier 1906 à six ans de travaux forcés dans un bagne de Guyane.

Le Journal 24 aout 1905

Sa condamnation ne sembla pas l’avoir calmé car sur son dossier de bagne il est indiqué dans l’extrait du registre des dépôts que sa conduite est « Mauvaise ».

Il décède le 30 novembre 1906 aux Iles du Salut.

Frise résumant la vie de Frédéric, Victor

Série sur les Pailliette de Soissons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s